Afficher cette page en : Français Néerlandais
  RECHERCHER

Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire
Recherche de A à Z
Professionnels > Publications > Communiqués de presse & Communications > Importation illégale d’un chat en provenance du...
Communiqué de presse (11/05/2020) Nous suivre sur TwitterNous suivre sur Facebook


Importation illégale d’un chat en provenance du Pérou : risque d’introduction de la rage en Belgique !

  La rage est une maladie virale mortelle qui est présente dans plus de 150 pays et qui, chaque année, tue plus de 55 000 personnes à travers le monde. La Belgique est indemne de cette maladie depuis 2001. Cependant, la vigilance reste de mise. Le virus de la rage est sournois, un animal peut être porteur du virus sans présenter de symptôme de la maladie et, comme il n'existe pas de test pour détecter la rage chez les animaux vivants, le diagnostic est posé trop tard ou pas du tout. Les conséquences peuvent alors être dramatiques. La Belgique doit rester exempte de rage et ne peut accueillir un nouveau virus mortel !

La rage est présente dans de nombreuses destinations touristiques, y compris au Pérou. Début avril, une étudiante belge en séjour à Cuzco, au Pérou, a été rapatriée par les Affaires Etrangères belges. L'étudiante était alors en possession d'un chat, qu'elle avait adopté dans un bar à chats local. On y trouve, dans ces établissements, des chats dont on ne connaît pas l'historique et pour lesquels on ne peut pas exclure qu'ils aient été en contact avec le virus de la rage. Fin mars, la propriétaire du chat avait demandé à l’AFSCA l'autorisation de l’emmener en Belgique. Etant donné l’historique incertain du chat, le fait que le Pérou soit un pays à haut risque pour la rage, et que, pour ce chat, aucune preuve formelle d’une protection contre la rage n’a pu être présentée, l'AFSCA n'a malheureusement pas pu accorder une exception aux conditions d'importation. L'ambassade belge n'a pas non plus donné l'autorisation d'importer le chat et le Conseil d'Etat a donné raison à l'AFSCA dans cette décision.

Ces dernières années, le Pérou a connu une augmentation du nombre de cas de rage dans différentes régions du pays. Rien que pour la région de Cuzco, d'où est originaire l'animal, la presse locale a fait état, en août 2019, de 5 cas de rage.

Comme pour le covid-19, la rage est un virus mortel pour les humains et pour les animaux. Toutes les précautions sont nécessaires !

Chaque année, 55 000 personnes sont victimes de la rage dans le monde, pour la plupart des enfants. 40% des victimes mordues par un animal enragé ont de moins de 15 ans et dans 95% des cas, les chiens et les chats sont responsables de l’infection. Ce à quoi le Belge ne pense pas toujours, c’est que certaines régions d’Europe de l’Est, d’Amérique du Sud et des régions fortement touristiques comme la Turquie et le Maghreb sont encore des régions à risque.

Les hommes, tout comme les animaux, peuvent la contracter s’ils sont mordus, griffés ou léchés par un animal infecté. Une fois que les premiers symptômes apparaissent (fièvre, maux de tête, perte d’appétit, maux de gorge, nausée), l’issue de l’infection est toujours fatale. En mai 2019, une jeune femme est décédée en Norvège et, il y a 3 ans, un garçon français succombait aussi à la maladie, tous deux ayant eu des contacts avec un animal infecté durant un séjour à l’étranger.


Feu rouge à l’importation, des alternatives ont été proposées – et ignorée

Il incombe à l'AFSCA d'évaluer le risque pour la propriétaire et l’animal en question, ainsi que pour les autres personnes et animaux faisant partie de son entourage. Des alternatives ont été proposées à la propriétaire du chat : le faire garder temporairement par un ami, une connaissance, par le bar à chats, ... alors que la propriétaire était rapatriée vers la Belgique. Cette personne de confiance aurait pu s'assurer que le chat remplissait toutes les conditions (micropuce, vaccination valide, test sérologique ...). Une fois ces conditions remplies et le délai de 3 mois nécessaire après l’administration du vaccin, le chat aurait pu rejoindre sa maitresse en Belgique dans les conditions habituelles. L'AFSCA en a d’ailleurs informé la propriétaire, avant son départ du Pérou. Malgré ce refus, la propriétaire est montée à bord de l'avion avec son chat.

Si le chat est infecté par la rage, le risque de transmission est élevé. La vaccination d'urgence et les anticorps qui en résultent ne constituent pas une garantie pour un chat en période d'incubation après une infection. Malheureusement, pour éliminer tout risque d’infection, son euthanasie est la seule solution. Cette décision difficile a été prise afin de préserver la santé de la propriétaire elle-même, mais aussi de son entourage, des personnes et des animaux en général.


L’Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaine alimentaire et pour la prévention de certaines maladies animales réglementées, comme la rage.

La Belgique est indemne de cette maladie depuis 2001, qui est principalement transmise par les chiens et les chats, et qui est encore présente dans plus de 150 autres pays à travers le monde. Toute personne voyageant avec un animal de compagnie a donc un certain nombre d'obligations, car la rage est et reste mortelle pour l'homme. L'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA) s'occupe de la prévention auprès des particuliers afin de protéger la population belge et ses animaux de compagnie.


Bien que l’AFSCA soit surtout connue pour ses contrôles tout au long de la chaîne alimentaire, l’Agence est également responsable de la prévention et du contrôle de certaines maladies animales réglementées. En collaboration avec les autorités douanières, l’AFSCA veille au respect des règles et restrictions sanitaires pour l’introduction d’animaux en Belgique. En outre, vétérinaires et AFSCA travaillent main dans la main pour détecter les cas d’importation à risque d’animaux de compagnie (achats via Internet, retour de vacances avec un chiot, …).



L'AFSCA s'engage à sensibiliser les voyageurs. Grâce à des campagnes de communication, les effets mortels de la rage et les conditions pour voyager en toute sécurité avec des animaux sont expliquées et les effets mortels de la rage sont expliquées au grand public via une campagne de communication.

Plus d’informations sur cette campagne : www.alaloupe.be



  Personne de contact pour la presse:
Stéphanie Maquoi
stephanie.maquoi@afsca.be
Tél. : 0478 69 57 84
Notre mission est de veiller à la sécurité de la chaîne alimentaire et à la qualité de nos aliments, afin de protéger la santé des hommes, des animaux et des plantes.

Version imprimable   |   Dernière mise à jour le 19.05.2020    |   Haut de la page
Conditions d'utilisation & disclaimer   |   Copyright © 2002- FAVV-AFSCA - Tous droits réservés   |   Extranet