Afficher cette page en : Français Néerlandais
 
  RECHERCHER

Recherche de A à Z
Plan du site
 
Professionnels > Production animale > Animaux > Santé animale > Tuberculose bovine
Professionnels A propos de l'AFSCA Organigramme Contact Agréments, autorisations et enregistrements Autocontrôle Check-lists "Inspections" Denrées alimentaires Exportation pays tiers Financement de l'AFSCA Importation pays tiers Laboratoires Législation Notification obligatoire Production animale / Santé animale Production végétale Vente à la ferme Vétérinaires indépendants Bio-ingénieurs, ingénieurs industriels, bacheliers et masters indépendants Publications Utiles Cellule de vulgarisation et d'accompagnement Comités Comité consultatif Comité d'audit Comité scientifique Consommateurs

 
 
 
La tuberculose bovine (Mycobacterium bovis)



   


Actualités

Qu'est-ce que la tuberculose ?

Le diagnostic de la tuberculose bovine

La situation en Belgique

Documents pour les vétérinaires d'exploitation

Tuberculose chez le gibier sauvage





Actualités

2017  
09/03/2017

Tableau récapitulatif

22/02/2017

Tableau récapitulatif

06/02/2017

Tableau récapitulatif

01/02/2017

Tableau récapitulatif

17/01/2017

Tableau récapitulatif

11/01/2017

Tableau récapitulatif

03/01/2017

Tableau récapitulatif

2016  
12/12/2016

- Confirmation d’un deuxième foyer de tuberculose

- Tableau récapitulatif

05/12/2016 Tableau récapitulatif
28/11/2016 Tableau récapitulatif
21/11/2016 Tableau récapitulatif
07/11/2016 Tableau récapitulatif
25/10/2016 Tableau récapitulatif
30/09/2016 Confirmation d’un premier foyer de tuberculose
08/09/2016 Tableau de décision – Tuberculose – Lait
19/02/2016 Tableau récapitulatif
29/01/2016 Tableau récapitulatif
15/01/2016 Tableau récapitulatif
2015  
21/12/2015

- Etat des lieux

- Tableau récapitulatif

08/12/2015

- Etat des lieux

- Tableau récapitulatif

02/12/2015

- Etat des lieux

- Tableau récapitulatif

13/11/2015 Etat des lieux
06/11/2015 Etat des lieux
05/11/2015 Confirmation d'un troisième foyer de tuberculose (Communiqué de presse)
30/10/2015 Etat des lieux
11/09/2015 Confirmation d'un deuxième foyer de tuberculose (Communiqué de presse)
04/09/2015 Etat des lieux
31/08/2015 Etat des lieux (Communiqué de presse)
24/08/2015 Etat des lieux (Communiqué de presse)
18/08/2015 Etat des lieux (Communiqué de presse)
30/07/2015 Confirmation d’un premier foyer de tuberculose
2013  
30/09/2013 Confirmation d'un nouveau foyer de tuberculose dans la province de Flandre orientale
13/08/2013 Confirmation de 2 nouveaux foyers de tuberculose dans les provinces de Flandre orientale et de Liège
30/04/2013 Confirmation d'un nouveau foyer de tuberculose bovine en province de Flandre orientale
11/04/2013 Confirmation de nouveaux foyers de tuberculose dans les provinces de Liège, du Brabant flamand et de Namur
29/03/2013 Confirmation d’un nouveau foyer de tuberculose en Province de Liège
19/02/2013 Confirmation d’un foyer de tuberculose en province de Flandre occidentale
14/01/2013 Suivi du foyer de la province de Liège de décembre 2012
24/01/2013 Suivi du foyer de la province de Liège de décembre 2012
2012  
18/12/2012 Confirmation d’un foyer de tuberculose en Province de Liège



Qu’est-ce que la tuberculose bovine?

 

La tuberculose bovine est une maladie présente au niveau mondial, causée par la bactérie Mycobacterium bovis. Cette bactérie appartient à la famille des Mycobacteriae, dont font également partie Mycobacterium avium (tuberculose aviaire), Mycobacterium avium subspecies paratuberculosis (paratuberculose) et Mycobacterium tuberculosis (tuberculose humaine).

Evolution de la maladie

M. bovis est absorbée par voie orale ou respiratoire, pour ensuite se loger dans les ganglions lymphatiques de cette région. Après l’apparition d’une réaction inflammatoire typique (tubercule), la bactérie peut se disséminer vers un ou plusieurs organes.

La contamination chez le bovin se déroule souvent en l’absence de symptômes. Les animaux peuvent être infectés de manière latente pendant une période prolongée. Les symptômes n’apparaissent qu’à un stade tardif de la maladie et dépendent de la localisation des tubercules. C’est la raison pour laquelle on parle parfois de tuberculose pulmonaire, de tuberculose pleurale et péritonéale (affectant la plèvre et le péritoine), de tuberculose mammaire et de tuberculose rénale. Les symptômes susceptibles de traduire une contamination des bovins sont : l’amaigrissement, la diminution de la production de lait et, au stade final de la maladie, une toux forte, sèche et brève. Le diagnostic est bien souvent difficile à établir sur base de ces symptômes.

Diagnostic

La tuberculination est la méthode la plus utilisée pour le diagnostic de la tuberculose bovine. Une dose d’antigènes de mycobactérie est injectée sous la peau. Cette méthode ne peut donner de résultat positif que quelques semaines après l’infection de l’animal. Les animaux qui ont réagi positivement à la tuberculination sont abattus par ordre. Le diagnostic de la tuberculose bovine n’est définitif qu’après isolement de M. bovis dans les organes de l’animal. Les organes prélevés à l’abattoir sont mis en culture dans un milieu spécifique pour M. bovis. La croissance de la bactérie en culture peut être très lente ; c’est la raison pour laquelle, dans certains cas, le résultat définitif n’est connu qu’après deux mois.

Le diagnostic de la tuberculose bovine (PDF) NEW


La tuberculose bovine est transmissible à l’homme !

La tuberculose bovine est une maladie zoonotique : l’homme est donc également susceptible d’être contaminé par cette maladie même si cela reste exceptionnel en Belgique.

Les personnes en contact proche avec des bovins infectés peuvent également être contaminées par inhalation de bactéries expectorées par les animaux. Les personnes qui, dans le cadre de leur profession, entrent en contact avec des bovins (éleveurs, vétérinaires, négociants, personnel d’abattoir,…) courent un plus grand risque d’être infectés par la tuberculose bovine.

Dans les pays où la maladie est endémique, la consommation de lait cru (ou de produits à base de lait cru) issu de bétail contaminé constitue la principale voie de contamination. Il est donc important de faire bouillir le lait cru avant de le consommer.

Les symptômes de la tuberculose chez l’homme sont les suivants : toux chronique, douleur dans la poitrine, fatigue, apathie, amaigrissement et, à un stade ultérieur, hémoptysie (crache du sang).





La situation en Belgique

 

Depuis le 25 juin 2003, la Belgique est déclarée par la Commission européenne officiellement indemne de tuberculose bovine. Des foyers sont toutefois encore sporadiquement constatés. Lorsqu’un foyer est constaté, une grande partie des bovins sont souvent déjà atteints. Le graphique ci-dessous présente l’évolution du nombre de foyers de tuberculose survenus en Belgique durant la période 2000 – 2016.



La plupart des foyers sont détectés grâce à l’expertise réalisée à l’abattoir. Les bovins infectés présentent des lésions typiques au niveau des ganglions lymphatiques, des poumons ou des intestins (tubercules caséifiés purulents, granulomes voire de graves abcès). Il arrive qu’à l’abattoir, un animal présente une tuberculose généralisée, avec des abcès dispersés dans les muscles, en plus des lésions aux organes classiquement touchés. Le vétérinaire réalisant l’expertise refuse alors que cet animal rentre dans la chaîne alimentaire. Lorsqu’un foyer est constaté, des foyers secondaires sont bien souvent également découverts suite à l’enquête épidémiologique et au traçage des « troupeaux de contact ».

 

Le programme de surveillance en Belgique

La surveillance de la tuberculose est basée sur la Directive 64/432/CEE du Conseil, transposée dans notre législation nationale par l’arrêté royal du 17 octobre 2002.

Notre programme de surveillance de la tuberculose bovine est composé des mesures suivantes :

  • Une tuberculination obligatoire lors de l’achat de bovins ;
  • Une expertise post-mortem systématique de tous les bovins abattus. Toute lésion suspecte détectée lors de cette inspection doit être signalée au CERVA pour analyse;
  • Les bovins importés de pays à risque, non officiellement indemnes de tuberculose bovine, font l’objet d’un examen répété au cours de la campagne hivernale ;
  • En cas de suspicion, de réaction défavorable à la tuberculination ou si une lésion suspecte est constatée à l’abattoir, tous les bovins de l’exploitation sont alors soumis à une tuberculination. Les animaux à réaction positive/douteuse sont éventuellement réexaminés six semaines plus tard à l’aide d’une tuberculination comparative (aviaire/bovine). Les bovins présentant des résultats défavorables à la tuberculination peuvent éventuellement faire l’objet d’un ordre d’abattage immédiat en vue d’une analyse de laboratoire. La confirmation de M. bovis via la culture de lésions suspectes peut prendre jusqu’à deux mois. Le diagnostic peut parfois être confirmé plus tôt par PCR. En cas de confirmation de tuberculose, le troupeau concerné est déclaré ‘foyer’ ;
  • En cas de foyer, une enquête épidémiologique étendue est réalisée afin de retrouver tous les troupeaux de contact, c’est-à-dire les troupeaux qui ont intégré des bovins du foyer ou dont certains bovins avaient rejoint le foyer au cours des années précédentes. Tous les bovins de ces troupeaux de contact subissent obligatoirement une tuberculination et, en cas de résultat défavorable, ils font l’objet d’un suivi ultérieur ;
  • Dans les exploitations qui ont été déclarées ‘foyer’ et qui ont été assainies, les troupeaux de contact et les troupeaux suspects sont suivis pendant cinq ans via une tuberculination au cours de la période de stabulation ;
  • Les bovins des exploitations qui approvisionnent directement le consommateur final en lait cru ou en produits à base de lait cru font également l’objet d’une tuberculination annuelle étant donné le caractère zoonotique de la tuberculose bovine.

 

Mesures en cas de suspicion

Toutes les mesures de biosécurité sont d’application pour limiter le plus possible le risque de propagation de la maladie.

Le troupeau est bloqué et le statut relatif à la tuberculose bovine est « suspendu ». Les échanges de bovins sont interdits. Toutefois, avec l'autorisation de l'AFSCA et à condition que le bovin soit accompagné d'un laissez-passer officiel, il est permis de transférer un bovin directement vers un abattoir désigné. Les bovins atteints ou suspects d’être atteints sont confinés à l’étable et ne peuvent pas avoir de contact direct ou indirect avec les bovins du troupeau.

Dès que l’inspecteur de l’AFSCA l’informe de la suspicion, le responsable du troupeau demande, à son vétérinaire d’exploitation de réaliser dans les 8 jours la tuberculination de tous les bovins du troupeau.

Les mesures sont levées si, sur base des enquêtes épidémiologiques et de l’analyse de risque de l’inspecteur/contrôleur de l’AFSCA, la probabilité que le troupeau ne soit pas atteint de tuberculose bovine est très élevée et si la tuberculination du troupeau a donné les résultats suivants : 

  • Dans les troupeaux où seulement quelques bovins suspects d’être atteints ont été testés, les réactions de tous les animaux sont négatives.
  • Dans le troupeaux où il y a un ou plusieurs bovins atteints (tuberculination positive) :
    • Tous ces bovins atteints ont été abattus par ordre et les analyses de laboratoire n’ont pas montré la présence de M. bovis
    • Aucun autre animal du troupeau n’a réagi à la tuberculination mentionnée ci-dessus ainsi qu’à une deuxième tuberculination qui doit être réalisée au plus tôt 2 mois et au plus tard 3 mois après l’abattage des animaux atteints.

 

Il est interdit d’utiliser du lait cru ou du lait dont le traitement thermique ne permet pas de garantir que M. bovis soit détruit, pour la consommation humaine. Le lait des animaux atteints ou suspects d’être atteints ne peut pas être collecté.

Mesures dans le foyer

Toutes les mesures de biosécurité sont prises en vue de prévenir une propagation de l'infection.  

Lorsque la tuberculose bovine est confirmée par isolation de M. bovis chez un ou plusieurs bovins d'un troupeau, le troupeau est déclaré foyer.

Le troupeau reste bloqué et son statut pour la tuberculose bovine devient 'foyer'. Toute entrée ou sortie de bovins est interdite. Toutefois, avec l'autorisation de l’AFSCA et à condition que le bovin soit accompagné d'un laissez-passer officiel, il est permis de transférer un bovin directement vers un abattoir désigné. Les animaux atteints ou suspects d'être atteints sont mis à l'étable et isolés des autres animaux du troupeau. Les bovins du troupeau ne peuvent avoir aucun contact direct ou indirect avec des bovins d'un autre troupeau.

Les étables, l'infrastructure, les locaux, le matériel,… et tout l'outillage utilisé pour le bétail bovin sont régulièrement nettoyés et désinfectés.

Le fumier, le lisier et le purin sont stockés et traités selon les instructions de l’AFSCA.

Il est interdit d'utiliser le colostrum ou le lait de vaches atteintes de tuberculose pour l'alimentation d'animaux, si ce n'est après un traitement thermique approprié détruisant avec certitude M. bovis.

Le lait cru, le lait traité thermiquement et les produits à base de lait provenant d’un bovin atteint de tuberculose bovine ne peuvent pas être mis sur le marché pour la consommation humaine. Le lait et les produits à base de lait produits par des animaux non atteints de tuberculose bovine ne peuvent être livrés qu'à une laiterie, afin d'y subir un traitement thermique détruisant à coup sûr Mycobacterium bovis.

L’AFSCA établit un plan d'assainissement pour le foyer, incluant la notification des bovins atteints ou suspects d'être atteints du troupeau qui doivent être abattus, ou l'abattage de tous les animaux dans le cadre d'un assainissement total.

Les mesures dans le foyer sont levées lorsque,

  • soit tous les animaux tuberculinés ont réagi négativement à chaque fois lors d'au moins deux tuberculinations successives du troupeau, dont la première a été effectuée au plus tôt six mois après l’abattage du dernier bovin faisant partie du plan d'assainissement, et la deuxième au plus tôt six mois après le première ;
  • soit tous les bovins du troupeau ont été abattus et les étables, locaux, installations, récipients et tout le matériel entré en contact avec les bovins a été nettoyé et désinfecté selon les instructions de l’AFSCA.

Le responsable est tenu de faire procéder par son vétérinaire d'exploitation à une tuberculination annuelle du troupeau durant 5 ans après la levée des mesures.

Mesures dans les troupeaux de contact d'un foyer

Les troupeaux de contact sont bloqués, et leur statut pour la tuberculose bovine est 'suspendu'. Tous les bovins doivent être soumis à une tuberculination dans les 15 jours suivant l'ordre de tuberculination obligatoire d'étable donné par l'UPC. Le blocage est levé après réception d'un résultat négatif de tous les animaux tuberculinés. Dès qu'une tuberculination n’est pas négative, le statut du troupeau est déclaré 'suspect'.

Les tuberculinations d'étable consistent en une tuberculination en simple, à moins que certains indices ne justifient une tuberculination comparative, qui sera alors imposée par l'unité provinciale de contrôle (UPC).

Le départ de bovins d'un troupeau de contact directement vers un abattoir peut être exceptionnellement autorisé, et ce moyennant l'accord de l'UPC. La sortie n'est possible que lorsque les animaux ont été soumis à une tuberculination préalable dont le résultat est négatif. Si le responsable ne souhaite pas procéder à cette tuberculination avant l'abattage, des échantillons de ces bovins de boucherie seront prélevés en vue d'une analyse avec culture. Le troupeau reste bloqué tant que le résultat de la culture n'est pas connu (cela peut durer jusqu'à 2 mois avant d'obtenir un résultat négatif).

En ce qui concerne le lait, les mesures ci-après sont prises :

  • si le statut de l'exploitation a été 'suspendu', il n'y a pas de mesures particulières applicables en attendant les résultats de la tuberculination d'étable : le lait peut continuer à être livré à la laiterie, et la vente directe est autorisée;
  • si le statut de l'exploitation est déclaré comme 'suspect' en raison d'un résultat défavorable de la tuberculination, la laiterie doit être avertie par le détenteur de bétail laitier et par l'AFSCA, et seul le lait d'animaux ayant réagi négativement à la tuberculination peut être collecté. La vente directe est interdite.



Documents pour les vétérinaires d'exploitation

Demande de tuberculine (PDF) (Formulaire) NOUVEAU
Avis de tuberculinisation - Résultats de lecture (PDF) (Formulaire)

 


Tuberculose chez le gibier sauvage

 

Circulaire relative aux obligations réglementaires des personnes formées en matière d’examen initial du gibier chassé – Appel à la vigilance vis-à-vis des lésions de tuberculose chez le gibier sauvage




Pour plus d'informations, voir les actualités ci-dessus


Notre mission est de veiller à la sécurité de la chaîne alimentaire et à la qualité de nos aliments, afin de protéger la santé des hommes, des animaux et des plantes.

Version imprimable   |   Dernière mise à jour le 06.10.2017   |   Haut de la page


Conditions d'utilisation & disclaimer   |   Copyright © 2002- FAVV-AFSCA. Tous droits réservés   |   Extranet