www.afsca.be       AFSCA - PESTE PORCINE AFRICAINE (PPA)
Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire
HOME
FR NL DE



  Biosécurité dans votre exploitation porcine Version imprimable   |   Dernière mise à jour le 21.09.2022

Qu’est-ce que la biosécurité ?

La biosécurité englobe toutes les mesures prises pour minimiser le risque d’introduction et de propagation des germes pathogènes. Maintenir un bon niveau de biosécurité permet de préserver la santé des animaux et de l’exploitation.

Les exploitations porcines ayant un faible niveau de biosécurité courent un risque plus élevé d’introduction de toutes sortes de maladies porcines, y compris la PPA. Si le virus est présent dans une exploitation porcine ayant un faible niveau de biosécurité, il peut très rapidement contaminer l’ensemble du secteur. Une biosécurité digne de ce nom est donc dans l’intérêt de toutes les exploitations porcines.


Principes de base pour protéger votre exploitation et celles de vos collègues

1. Isolement

Créez et maintenez des barrières physiques. Cela réduira le risque d’introduction et de propagation de maladies par l’homme, les animaux ou le matériel. Une bonne isolation préviendra la contamination et l’infection.





Comment ?

Protégez l’exploitation contre les sangliers

Tout contact entre les porcs de l’exploitation et les sangliers doit être évité. Les granges et les infrastructures doivent être aménagées en conséquence. Cela signifie que tout terrain en plein air, auquel les porcs ont accès, doit être entouré d’une double clôture ou d’une séparation en matériaux durs. Dans toutes les exploitations (avec ou sans parcours
extérieur) situées dans des zones où des sangliers sont présents, les silos d’aliments doivent être protégés/clôturés.
En outre, la lutte contre les nuisibles doit être efficace.


Contrôlez strictement les mouvements du personnel et des visiteurs à l’intérieur et à l’extérieur de l’exploitation. Les visites non nécessaires doivent être évitées autant que possible. L’exploitation doit être aménagée de telle sorte que l’accès aux étables ne soit possible qu’après s’être annoncé auprès de l’éleveur et après utilisation correcte du sas d’hygiène et lavage des mains. Veillez également à toujours tenir un registre des visiteurs. Pour chaque visiteur ayant eu accès aux écuries – qu’il soit ou non professionnel ou commercial – les principales données (date, heure de la visite, nom, motif de la visite) y sont enregistrées dans l’ordre chronologique.


Sas d’hygiène
Chaque exploitation doit être pourvue d’un sas d’hygiène. Il s’agit d’un vestiaire, séparé des étables et des parties habitées, pourvu d’un lavabo avec eau courante et savon, d’un pédiluve pour le nettoyage et la désinfection des chaussures, ainsi que de bottes et salopettes propres. Cet espace permet aux visiteurs et aux soigneurs de se changer avant de pénétrer dans les étables.


Lavage des mains et vêtements de travail
Toutes les personnes qui pénètrent dans les étables – y compris l’éleveur de porcs et le personnel – enfilent au préalable, dans le sas d’hygiène, des bottes et des vêtements ou survêtements propres à l’exploitation. Elles se lavent les mains et désinfectent leurs bottes dans le pédiluve avant d’entrer dans les étables et après en être sorties.



2. Nettoyage et désinfection

Veillez à une bonne hygiène de base. Un bon nettoyage et une bonne désinfection permettent de protéger tous les animaux de l’exploitation – en particulier les plus jeunes et donc plus sensibles – contre les maladies. En raison de leur grande importance, la réglementation accorde une
attention particulière au nettoyage et à la désinfection. Ainsi, chaque exploitation doit par exemple disposer d’un stock de désinfectant (*) et d’un nettoyeur à haute pression.


Comment ?

Nettoyage et désinfection des véhicules et du matériel

Il est recommandé de nettoyer soigneusement tous les véhicules et le matériel entrant ou sortant d’une exploitation afin d’éliminer les saletés visibles, puis de les décontaminer afin d’inactiver les agents pathogènes encore présents.

Tant le lieu de (dé)chargement (construit en matériaux durs) pour les porcs que l’aire d’entreposage fixe pour les carcasses doivent pouvoir être nettoyés et désinfectés. La collecte doit se faire de manière à ce qu’il ne soit pas nécessaire de traverser l’exploitation, et toujours être suivie d’un nettoyage et d’une désinfection.


Nettoyage et désinfection des étables
Chaque étable ou compartiment doit être vidé, nettoyé et désinfecté au moins une fois par an. Un compartiment ne peut être repeuplé qu’après avoir été complètement séché après nettoyage et désinfection.


Utilisez un désinfectant approprié
La désinfection n’est efficace que si un nettoyage a permis d’enlever toute la saleté visible au préalable. Il est également important de respecter la concentration prescrite, le temps d’action et le désinfectant approprié. Cliquez ici pour la liste des désinfectants autorisés.


3. Alimentation

Ne pas nourrir les porcs avec des déchets de cuisine ou autres restes alimentaires.
Le virus de la PPA survit également dans la viande de porc insuffisamment cuite. Par conséquent, les déchets de cuisine et restes alimentaires constituent une source potentielle de contamination et ne peuvent être utilisés pour nourrir les porcs.



Évaluation de la biosécurité

A partir du 1er juin 2021, le responsable d’une exploitation porcine est tenu de faire réaliser chaque année par son vétérinaire d’exploitation une évaluation des risques concernant l’introduction de maladies porcines à déclaration obligatoire. Sur base des observations faites lors de cette évaluation des risques, le vétérinaire d'exploitation met au point un plan d'action, conjointement avec le responsable de l'exploitation porcine, dans les 30 jours calendrier après la réalisation de l’évaluation des risques, en vue d’optimiser la biosécurité au sein de l’exploitation. Le responsable d'une exploitation porcine dispose de 4 mois à compter du 1er juin 2021 pour faire réaliser la première évaluation des risques. Cela signifie que l'évaluation des risques doit être réalisée dans toutes les exploitations porcines au plus tard le 1er octobre 2021.
Afin de permettre au vétérinaire d'exploitation de réaliser l’évaluation des risques de manière aisée, pratique et efficace, l’enquête à ce sujet est mise à disposition sur l’application des associations agréées DGZ et ARSIA dédiée aux plans sanitaires d’exploitation. Cette application est disponible sur ordinateur, tablette et smartphone. Les instructions d’utilisation de l’application peuvent être consultées via le site internet FarmFit.

Une distinction est faite au niveau de l’évaluation des risques suivant que l’exploitation porcine compte un nombre inférieur ou égal à 3 porcs, ou plus de 3 porcs. Si l’exploitation compte plus de 3 porcs, l’évaluation des risques est alors basée sur le Biocheck de l’UGent, complété par une série de questions en rapport avec les obligations légales. Pour les exploitations porcines comptant un nombre inférieur ou égal à 3 porcs, l’évaluation des risques se limite aux questions relatives aux obligations légales.

- Toutes les questions pour les exploitations de plus de 3 porcs (PDF)
- Toutes les questions pour les exploitations ayant 3 porcs ou moins (PDF)

Si des manquements sont constatés à l’égard des obligations légales, un point d’action doit obligatoirement être ajouté. Si le vétérinaire d’exploitation juge que certaines actions d’amélioration sont possibles, il peut alors également ajouter des points d'action.

Plus d’informations concernant les obligations légales pour les exploitations porcines sont disponibles dans la circulaire contenant des instructions pour les vétérinaires d’exploitation concernant l’analyse de risque pour les exploitations porcines (PCCB/S2/1690164).



Législation

L’AR du 18 juin 2014 portant des mesures en vue de la prévention des maladies du porc à déclaration obligatoire impose diverses mesures de biosécurité. En outre, des mesures supplémentaires sont entrées en vigueur le 19 juin 2020 et ont des implications importantes, tant pour le secteur professionnel que pour les éleveurs amateurs. L’ensemble de la législation peut être consulté via ce lien.



Informations complémentaires

Vous trouverez davantage d’informations sur la prévention des maladies animales infectieuses sur les pages suivantes :
- https://www.favv-afsca.be/santeanimale/prevention/
- https://www.favv-afsca.be/professionnels/publications/thematiques/biosecurite/

 
   
Notre mission est de veiller à ce que tous les acteurs de la chaîne fournissent aux consommateurs et les uns aux autres une assurance optimale que les aliments, les animaux, les plantes et les produits qu’ils consomment, utilisent ou détiennent sont fiables, sûrs et protégés, maintenant et à l’avenir.

SITES : AFSCA Professionnels
AFSCA Consommateurs
Portail de la Wallonie
Région flamande
Comité scientifique de l'AFSCA
CONTACTS :
Exploitations agricoles, transporteurs,... Contactez les ULC de l'AFSCA
Le point de contact AFSCA des consommateurs
Porte parole de l'AFSCA